Métal est un portfolio de 64 planches réalisé par Germaine Krull dans les années 1920s et publié en 1928.

Métal : acier et modernité à l’honneur

L’œuvre rassemble des photographies de structures métalliques remarquables prises à Rotterdam, Amsterdam, Paris, Saint-Malo et Marseille.

Dans Métal, Krull s’émancipe des règles de composition et d’une approche trop « réaliste » attendus à l’époque. Elle partage une vision personnelle de la Tour Eiffel, des ponts transbordeurs et des crues d’Europe. Les angles sont variés, les monuments coupés, décadrés voire retournés.

Une œuvre souvent exposée

Krull présente son œuvre au Salon de l’automne en 1926 grâce à l’aide de Robert Delaunay, avant d’être publiée chez Calavas en 1928.

Elle expose également ses paysages industriels et clichés au Salon de l’escalier en 1928, aux côtés des vues de Paris de Kertész ou encore de la photographie fantastique et surréaliste de Man Ray.

Florent Fels, fervent défenseur de la Nouvelle Photographie, est à l’origine du salon et de l’introduction de deux pages et demi du portfolio Métal de Germaine Krull.

Des photographies largement utilisées

En 1927, le magazine allemand UHU utilise une photographie de la Tour Eiffel de Krull pour illustrer l’article de L. Emners portant sur les critiques et les controverses suscitées par la Dame de fer. Il s’intitule « Protest gegen ein unmögliches Bauwerk », traduit littéralement par « Manifeste d’une construction impossible ».

En 1928, le magazine français VU publie l’article de Florent Fels intitulé « Dans toute sa force ». L’écrivain utilise trois photographies de la Tour Eiffel de Krull pour illustrer son article. L’une d’entre correspond à la planche 37 du portfolio, qui est aussi utilisée renversée sur la couverture de ce dernier.

La même année, le magazine français L’Art Vivant utilise pour son numéro d’octobre, cinq photographies de la Tour Eiffel de Krull. Seule une d’entre elles est publiée dans le portfolio. Le magazine utilise d’autres photographies de la même série pour illustrer des numéros à venir. C’est le cas des n°105 et 109 publiés respectivement en mai et en juillet 1929.

À son tour, Mario Van Bucovich inclut vingt-trois vues de la capitale de Krull, dont deux de la Tour Eiffel dans son œuvre Paris, de la collection Das Gesicht der Städte.

En 1931, Pierre Mac Orlan publie un numéro de Photographes Nouveaux dédié à Germaine Krull. Naturellement, il l’illustre avec les photographies de l’auteure. Parmi ces photos, des mécanismes de la Tour Eiffel aux côtés d’une horloge flamande, une grue marseillaise, et des projets d’affiches.

Plus récemment, en 2002, un fac-similé de l’œuvre Métal est produit à 1’000 exemplaires par Ann and Jürgen Wilde. Cette reproduction avait été prévue dans les années 1970s avec l’auteure, mais a pris près de 30 ans à voir le jour.

Couverture portfolio héliogravure Métal - Germaine Krull, 1928
Couverture portfolio héliogravure Métal – Germaine Krull, 1928