La Vie mène la danse est le titre de l’autobiographie de Germaine Krull publiée en 2015, sous la direction de l’historienne de la photographie Françoise Denoyelle.

Un second souffle

Les autobiographies de photographes sont rares, et celle-ci n’échappe pas à la règle.

Longtemps négligé par les éditeurs, ce récit relate l’existence extraordinaire d’une femme en quête d’indépendance et de liberté. La Photographie est l’arme qu’elle a choisi pour mener ses combats qui marqueront sa vie, et celles de nombreuses autres personnes.

C’est à l’occasion de l’exposition Germaine Krull au Musée du Jeu de Paume à Paris, que le livre a été publié aux éditions Textuel. Trente ans après la mort de l’auteure.

La vie mène la danse

Ce récit est un voyage dans le temps, et à travers le monde. Il nous conduit de l’Europe à l’Asie, de l’Amérique du Sud à l’Afrique, et illustre de bribes de souvenirs et d’images, ce que Krull a vécu depuis sa tendre enfance prussienne.

À l’image du XXe siècle, sa vie est très mouvementée. Portraitiste talentueuse, elle ouvrira des studios à Munich et à Berlin. Citoyenne engagée, elle milite et participe à la révolution de novembre à Munich avant de frôler la mort par exécution.

Un jour photographe d’avant-garde reconnue, un autre correspondante de guerre, puis directrice d’hôtel. Découvrez dans cette lecture, la trépidante histoire de la femme aux mille vies. Vous comprendrez enfin pourquoi, selon elle, la Vie mène la danse.

«La seule chose que m’ait apprise mon père, c’est d’être toujours libre d’entreprendre ce que l’on veut. J’ai pensé à lui chaque fois que j’ai tout abandonné pour faire autre chose. Ni les hommes, ni les pays, ni les amis, ni les conventions ne m’ont fait dévier de mon chemin, dans la vie comme en photographie.» Germaine Krull

Couverture La Vie mène la danse - Germaine Krull, 2015
Couverture La Vie mène la danse – Germaine Krull, 2015